La brioche arménienne de Pâques

Pas de fêtes de Pâques sans tcheurek, une brioche tressée parfumée au mahaleb. C’est en fait l’amande du noyau d’une cerise noire acide issue du Bois de Sainte Lucie, un prunus très répandue dans le Moyen-Orient. Ces noyaux ou poudre, à dénicher dans les épiceries orientales, sont indispensables à la réussite de la brioche en lui apportant un petit goût d’amande amère. Toutes les recettes de ma grand-mère sont souvent calibrées en tasse ou en poignée. Depuis le temps que je réalise cette recette, j’aurai pu convertir les quantités en grammes et en centilitres mais j’ai l’impression de dénaturer la recette. Pour info, la tasse que j’utilise fait 8,5 cl.


  Pour ce blog, j’avais envie de partager toutes mes recettes dans des carnets. Si vous souhaitez feuilleter et conserver une version papier, procurez-vous un carnet de croquis Moleskine, 104 pages, 13 x21 cm. En cliquant sur la recette, vous pouvez la visualiser en plus grand et l’imprimer (réglage à 111%) pour coller chaque page selon la pagination indiquée. Chaque fin de trimestre, je publierai le sommaire du carnet et je passerai à un autre « Moleskine de saison ».

2 commentaires pour “La brioche arménienne de Pâques”

  1. Véronique dit :

    Un délice. La recette n’indique pas le moment où mettre le beurre, je l’ai mis tout à la fin, après avoir mélangé un moment comme PH préconise de le faire. La mie est filante et le mahaleb change tout. Bonne journée.

  2. Brioche grecque, arménienne du moment qu'il y a du malhep et du mastic de chios - Recette dit :

    […] Voici donc la recette de la brioche Pasquale arménienne « le tchorek » ou  » tcheurek » et pour une recette authentique on va chez l’incroyable Sonia Ezgulian, une fée des fourneaux… […]

Laisser un commentaire